Philippines : La rédemption d’un businessman

Photographie : Laurent WEYL     Textes : Aude RAUX    

Construire, ensemble, des maisons pour les plus démunis, telle est la mission de base de Gawad Kalinga. Pour y parvenir, Tony Meloto rassemble pauvres et riches, nationaux et occidentaux, ruraux et urbains. ici, près de Bacolod, capitale de l’île de Negros Occidental.
Tony meloto se prête au jeu des selfies au milieu des bénévoles, galvanisé par l’énergie qui émane de ces jeunes. Ici, près de Bacolod, capitale de l’île de Negros Occidental lors d'un « Bayani Challenge ». Littéralement, le « Défi des Héros », ce rassemblement se tient chaque printemps à travers le pays pour créer un mouvement national de solidarité avec les plus pauvres.
Construire, ensemble, des maisons pour les plus démunis, telle est la mission de base de Gawad Kalinga. Pour y parvenir, Tony Meloto rassemble pauvres et riches, nationaux et occidentaux, ruraux et urbains.ici, près de Bacolod, capitale de l’île de Negros Occidental.
À la fin du cinquième et dernier jour de ce « Bayani Challenge », les bénévoles font la fête. Ici, près de Bacolod, capitale de l’île de Negros Occidental.
Le « Bayani Challenge », littéralement le « Défi des Héros », se tient chaque printemps à travers le pays pour créer un mouvement national de solidarité avec les plus pauvres. Comme ici, près de Bacolod, capitale de l’île de Negros Occidental et ville natale de Tony Meloto le fondateur de Gawad Kalinga. Devant une assemblée de bénévoles il fait passer son message sur la nécessité de « se reconnecter aux pauvres ». Et donne la parole aux étudiants étrangers de grandes écoles qui ont choisi de rejoindre Gawad Kalinga, le temps de leur année de césure.
Gawad Kalinga construit des rangées de maison colorées à travers toutes les Philippines pour offrir un toit aux plus pauvres. Ici, près de Bacolod, capitale de l’île de Negros Occidental
La porte d’entrée de la Ferme Enchantée.L’objectif vise à implanter 25 Fermes Enchantées dans les Philippines rurales afin de lutter contre l’exode vers les bidonvilles et impulser des emplois dans l’agriculture.
Tony Meloto et Vincent Jhunieal Tatel, élève à la School for Experiential & Entrepreneurial Development (SEED), implantée à la Ferme Enchantée. « Un champ de possible s’ouvre à nous », tel est le message qu’il tient à lui faire passer.
Située près de Manille, la Ferme enchantée est un incubateur d’entreprenariat social dédié au secteur agricole. Des jeunes issus de milieux très défavorisés peuvent y suivre une formation de deux ans suivie d’un stage d’une année.
Tony Meloto séjourne trois jours par semaine à la Ferme Enchantée. Selon lui, « l’agriculture est l’avenir des Philippines »
Fondée en 2010, la Ferme Enchantée a été aménagée autour d’un village Gawad Kalinga. Les villages GK sont conçus pour être beaux, via les façades colorées et le foisonnement des plantes vertes : pour Tito Tony, on ne peut pas avoir de rêve dans un endroit hideux.
Vincent Jhunieal Tatel, jeune étudiant SEED, partage un repas avec sa mère qui loge dans le village GK de la Ferme Enchantée.
Les étudiants de la School for Experiential & Entrepreneurial Development (SEED) implantée à la Ferme Enchantée, saluent de façon traditionnelle celui qu’ils appellent « Tito Tony » (« Oncle Tony »).
Plush & Play, est une entreprise sociale de peluches, à l’effigie de fruits et légumes, créée par un jeune Français, Fabien Courteille. La société emploie une trentaine de couturières. Les femmes habitent le village Gawad Kalinga de la Ferme Enchantée et les villages alentours.
Étudiant à la KEDGE Business School de Bordeaux. Maxence Couturier passe six mois à la Ferme Enchantée. Il a ramassé des feuilles de bananier pour nourrir le troupeau de chèvres.
Étudiant à HEC, Louis Faure est arrivé à la Ferme Enchantée en août 2014 pour une année de césure qu’il a prolongée de 12 mois.
Comme Louis Faure, de plus en plus d’étudiants, majoritairement des Français des grandes écoles - HEC, Essec ou Polytechnique - viennent en stage à la Ferme Enchantée attirés par l’esprit « Let’s do it » qu’essaime Tony Meloto.
Désireuse de mettre du sens dans sa vie, Marie Cavossora a fondé une entreprise sociale : Carabao creamerry est spécialisée dans les produits laitiers de buffle d’eau. Ici, lors d'un testing de goût de nouveaux produits qu'elle envisage de commercialiser.
Ici, à Manille, dans un club privé entouré de luxueux buildings d'habitation.
Franco Romualdez, descendant d’une famille fortunée, avait un avenir tout tracé jusqu’à ce qu’il assiste à une conférence de Tony Meloto. Désireux de prendre part au changement de son pays, il a rejoint la Ferme Enchantée et envisage de lancer un business social autour des abeille.
Située à Manille, Human Nature est une entreprise sociale spécialisée dans les cosmétiques naturelles. La moitié des employés viennent des communautés GK des bidonvilles de Manille. Comme Mary Rose Andia qui habite Brookside GK Village et que l'on voit en compagnie de Dylan Wilk. Le slogan de Human Nature : « pro Philippines, pro pauvres et pro environnement ».
Jolly Gapumpa, 34 ans, ancien chef de gang quand il était adolescent. Après des études de criminologie, financée par Gawad Kalinga, il a rejoint la Police Nationale des Philippines, affecté à l’escorte présidentielle.
GK Village Brookside, à Quezon City, dans la métropole de Manille. Hier, cette zone était un bidonville. Désormais, les rues sont propres, bordées de verdure et de maisons aux façades colorées. Grâce à Gawad Kalinga, les pauvres, aussi, ont « droit au beau »
GK Village Brookside, à Quezon City, dans la métropole de Manille.Sur les murs des GK Villages, sont peints des slogans rappelant aux habitants les valeurs de Gawad Kalinga. Comme ici : « Pour le futur de Brookside, il faut être solidaire et discipliné ».
GK Village Brookside, à Quezon City, dans la métropole de Manille. Hier, cette zone était un bidonville.
La métamorphose des bidonvilles en GK village se fait au fur et à mesure des financements que reçoit Gawad Kalinga.Cette zone de bidonville est située près de GK Village Brookside, à Quezon City, dans la métropole de Manille.
La métamorphose des bidonvilles en GK villages se fait au fur et à mesure des financements que reçoit Gawad Kalinga. Cette zone de bidonville est située près du village GK Air France-KLM, à Quezon City, dans la métropole de Manille.
Tony Meloto, fondateur de Gawad Kalinga sur un chantier d'un village GK en construction à Quezon City, dans la métropole de Manille.Sur sa droite, les maisons GK aux façades colorées, porteuses d’espoir.Sur sa gauche, l'ancien bidonville et les futurs bénéficiaires.
GK Village SM, à Bagong Sillang dans la métropole de Manille.Hier, cette zone était un bidonville insalubre. Désormais, les rues sont propres, bordées de verdure et de maisons aux façades colorées. Grâce à Gawad Kalinga, les pauvres, aussi, ont « droit au beau »
GK Village SM, à Bagong Sillang dans la métropole de Manille.Désormais, les rues sont propres, bordées de verdure et de maisons aux façades colorées. Grâce à Gawad Kalinga, les pauvres, aussi, ont « droit au beau »
GK Village SM, à Bagong Sillang dans la métropole de Manille.Hier, cette zone était un bidonville insalubre. Désormais, les rues sont propres, bordées de verdure et de maisons aux façades colorées. Grâce à Gawad Kalinga, les pauvres, aussi, ont « droit au beau »
Régulièrement, les leaders des communautés Gawad Kalinga - tous volontaires parmi les bénéficiaires - se réunissent pour régler les soucis de la vie quotidienne selon les valeurs prônées par GK, au premier rang desquelles, la solidarité.Comme ici, dans la chapelle de GK Village Ruby, à Quezon City, dans la métropole de Manille.80 % des Philippins sont Catholiques. C’est le premier État catholique d’Asie
En novembre 2013, le typhon Haiyan a dévasté les Philippines, et notamment l’île de Panay. Sur le rivage, les ruines du phare en béton, vestiges de la violence des vents.Les habitants du nouveau GK Village New Washinton vivaient près de l’océan, dans des maisons qu’ils avaient construites en bambou.
La grande majorité (70 %) des GK villages sont situés à la campagne, comme celui de New Washinton, dans la province d’Aklan sur l’île de Panay.
Rizzymae Avila et sa famille vont bientôt quitter leur précaire logement, construit en bambou, pour habiter une maison dans le GK Village New Washinton sur l’île de Panay.
Les habitants de GK Village New Washinton, situé sur l’île de Panay, dans la province d’Aklan, ont été relogés suite au typhon Haiyan. En novembre 2013, la force des vents a emporté leurs modestes logis construits en bambou.Chaque habitant participe à l'entretien du GK village et à l'embellir pour le rendre agréable à vivre, malgré leur pauvreté.
Les habitants de GK Village New Washinton, situé sur l’île de Panay, dans la province d’Aklan, ont été relogés suite au typhon Haiyan. En novembre 2013, la force des vents a emporté leurs modestes logis construits en bambou.
Les habitants de GK Village New Washinton, situé sur l’île de Panay, dans la province d’Aklan, ont été relogés suite au typhon Haiyan. Ennovembre 2013, la force des vents aemporté leurs modestes logis construits en bambou. Comme ici, de Maricel Ritos.Les pauvres sont les plus vulnérables au dérèglement climatique. Ce sont les premiers à être touchés et les derniers à s’en remettre.
En novembre 2013, le typhon Haiyan a dévasté les Philippines et notamment l’île de Panay. Sur le rivage, les ruines du phare en béton, vestiges de la violence des vents.Les habitants du nouveau GK Village New Washinton vivaient près de l’océan, dans des maisons qu’ils avaient construites en bambou.
Les habitants de GK Village New Washinton, situé sur l’île de Panay, dans la province d’Aklan, ont été relogés suite au typhon Haiyan. En novembre 2013, la force des vents a emporté leurs modestes logis construits en bambou. Comme ici, Mélanie Miaral qui porte son petit fils dans ses bras.
Certains hommes du GK Village New Washinton, situé sur l’île de Panay, dans la province d’Aklan, contribuent à la subsistance de leur famille en pêchant. Comme ici, Arcojada Ceferino.
Manille, capitale des Philippines. .