The Maldives – A Nation at the Water’s Edge

Photography : Guillaume COLLANGES    

Seen from the air, it is first wonder. The world in monochrome blue, unless it is green, is flooded with the sun. Thrown as by chance from winds by a celestial sower, full handles of emeralds fell again in ring into the midnight blue ocean. Lagoons make the wave flush as so many pearls scattered in large atolls, huge corollas of a precious, fragile, vulnerable aquatic flower. Vulnerable, that's right. It is the word which we search to translate ( more ...)

Menacés par la montée du niveau des mers provoquée par le réchauffement de la planète, les Maldiviens s’interrogent. Rejoindront-ils, d’ici la fin du siècle, les 150 millions de réfugiés climatiques annoncés par les experts internationaux ? Devront-ils trouver refuge en Inde, au Sri Lanka, en Australie ? La solution n’est peut-être pas à chercher aussi loin. Construite pour faire face à la surpopulation de Malé, la capitale, une île artificielle gigantesque est en construction. Baptisée Hulhumalé, elle préfigure peut-être l’avenir des Maldives. Alors que 150 000 personnes habiteront Hulhumalé à l’horizon 2040, 2 000 y sont déjà installés. Parmi elles, Mariyam, Hanan et de leurs 6 enfants. Du haut du 4ème étage de leur immeuble tout neuf, ils ont vu le tsunami du 26 décembre 2005 déferler sur Hulhumalé. « Ce jour-là, raconte Mariyam, comme tous les Maldiviens, nous avons pris conscience des dangers de la mer, d’habitude si paisible avec nous ». Une sentiment avec lequel, face à la montée du niveau de l’eau et le phénomène d’érosion des côtes qui en découle, les jeunes générations de Maldiviens vont devoir vivre. D’autant plus rapidement que la barrière de corail, véritable digue naturelle qui protège les îles contre l’assaut des vagues, ne résistera probablement pas à une augmentation rapide de la température de l’eau.