Guadeloupe : l'esprit guada

Photography : Laurent WEYL    

Pointe-À-Pitre. Vue de la Darse de Pointe A Pitre avec au centre en rose le marché.
L’Anse Babin juste à côté de Vieux Bourg.
Atelier de la peintre Marylène Agate, dans le quartier Lasserre à Morne-à-l’Eau. D’origine martiniquaise, elle s’est mise à peindre en arrivant en Guadeloupe.
Au bout de la Pointe de la grande Vigie, des pêcheurs descendent au plus bas de la falaise pour y pratiquer toute la nuit « la pêche côtière ». Ils attraperont notamment des poissons volants et, avec un peu de chance, des petits requins. Ici on les voit descendre la falaise par un chemin étroit et escarpé avec leur barda de pêche et de quoi passer la nuit. Les derniers mètres se font en varape.
Une plage du Gosier.
Promenade de La boucle Allègre à Sofaïa. Ici, la rivière Moustique.
Source de Sofaïa. En ce jour férié du 11 novembre, les Guadeloupéens défilent nombreux pour se baigner ou rapporter de l’eau de la source dans des bouteilles d’eau. Selon les visiteurs, l’eau serait bonne pour la peau, les cheveux, les rhumatismes, l’eczéma et bien d’autres choses.
Volcan de La Soufrière.
Les figuiers maudits du Parc Archéologique des Roches Gravées à Trois Rivières. Les figuiers maudits du Parc Archéologique des Roches Gravées à Trois Rivières.
Île de Terre-de-Haut aux Saintes. « Les Saintes » sont une des dépendances de la Guadeloupe.
Île de Terre-de-Haut aux Saintes. « Les Saintes » est une des dépendances de la Guadeloupe. Ici un bateau navette.
Pointe-À-Pitre. Vue de la Place de la Victoire avec la Darse, le marché au poisson et le marché aux fruits et légumes.
Pointe-À-Pitre. Eglise Saint-Pierre et Saint-Paul à Point-À-Pitre.
Cela fait plus de 60 ans que Sidouan s’occupe d’un lolo et plus de 20 ans qu’il est dans celui-ci rue Du Chemin Neuf, le dernier de Point-À-Pitre. Le lolo est un petit commerce où l’on peut également boire un verre. Il fait office de tissu social dans un quartier ou village. Mais avec les grandes surfaces c’est la fin des lolos. Ici, ce sont surtout les gens du quartier et les jeunes qui viennent pour acheter quelques jus autres bricoles.
Pointe-À-Pitre. Cette ville mélange architecture coloniale et bâtiments moderne.
Pointe-À-Pitre. Fresque sur les événements du 26 mai 1967, située au bout de la place de la Victoire sur la Darse.
Point-À-Pitre, quartier de Fond logier. Ce quartier est devenu le centre du Carnaval et des groupes de musique APO qui utilisent les instruments traditionnels et populaires. Du centre ville, le poumon de Point-À-Pitre s’est décalé aujourd’hui à Fond Logier.
Rue Raspail, rue de la prostitution. Anciennement le cœur de Pointe-à-Pitre avec l’Usine Darboussier et le travail de carénage, la ville vivait au rythme de la rue Raspail qui était un vrai lieux de mixité social avec ses ouvriers et ses maisons bourgeoises. Aujour’hui elle s’animent surtout le soir avec les bars à prostitués.
Point-À-Pitre, rue Louis Douldat dans le quartier du Carénage qui est la rue qui prolonge la rue Raspail. La famille Forbin, c’est 4 générations de construction navale. Jean, que l’on voit sur un bateau en résine, représente la 3eme génération. Il continue à construire chaque année 1 à 2 bateaux en bois pour préserver la tradition et pour ne pas perdre la main.
Pointe-À-Pitre. Marché au poisson sur la Darse. Ici Darius vend et prépare les poissons. Avec les lambis, il fabrique également des conques (instruments de musique).
Pointe-À-Pitre. Vue de la Darse de Pointe A Pitre avec le marché des épices, fruits et légumes.
Pointe-À-Pitre. « Maison de quartier » du Chemin neuf. Préparation du repas collectif hebdomadaire des habitants du quartier.
Pointe A Pitre. Maison coloniale rue de la République et d’Alsace Loraine.
Pointe-À-Pitre, quartier de Fond Logier. Un groupe de personnes sur un espace qui fait office de place publique se retrouve pour jouer au domino.
Point-À-Pitre. Marché de la Darse au petit matin.
Maison de Simone et André Schwartz-Bart proche de Goyave. Ici le salon où vivait André avant son décés en 2006 .
Maison de Simone et André Schwartz-Bart proche de Goyave. Ici l’ancien bureau d’André situé dans la chambre où il dormait avant son décés en 2006.
Maison de Simone et André Schwartz-Bart proche de Goyave. Ici, Simone Schwartz-Bart. Depuis le décés d’André, Simone utilise la maison et cette terrasse pour organiser des soirées littéraires.
Pointe-À-Pitre. Rue piétonne St John Perse le samedi matin en pleine effervescence. Ici, le groupe de Gwo Ka « ALKA OméKA » de Fanswa Ladrezeau.
Point-À-Pitre, vue depuis la Tour Massabielle sur le quartier du Carénage.
Usine de sucre « Grosse Montagne » au Lamantin fermée dans les années 90 pour permettre la restructuration de la filiale.
Photo prise à Bel Air, proche de l’usine Grosse Montagne dans les champs de canne à sucre. Une famille typique de Guadeloupe qui assume sa négritude, notamment en portant des dreadlocks et en donnant à ses enfants des noms africains : Kenya et Yeléen. Père , jean-Luc Stanislas, Mère Sandrine Tresor, enfants, Kenya et Yeléen
Compétition de « Bœufs Tirants » à Pointe Allègre.
Un fromager dans le quartier des Abymes limitrophe de Pointe-À-Pitre.
Il n’est pas rare de trouver des locaux ou des touristes à la Pointe des Châteaux venus admirer le lever de soleil.