Aux sources du Tai-chi

Photographie : Eléonore HENRY DE FRAHAN    

Emblême du Tai-chi au pied des monts Wudang.
Pour préserver les monts Wudang, inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco, des cars permettent de rejoindre les différents sites.
Pour préserver les monts Wudang, inscrits au patrimoine mondial de l'Unesco, des cars permettent de rejoindre les différents sites.
Un téléphérique permet de rejoindre le temple d'or.
Des milliers de marches restaurées au dénivelé parfois périlleux relient les temples du Wudangshan.
A l'intérieur du Palais Zixiao, la fresque décrit le combat entre l'aigle et le serpent qui est à l'origine du Tai-chi.
Les Chinois viennent prier dans les temples taoïstes du site.
Les Chinois viennent prier dans les temples taoïstes du site.
Les chinois viennent prier dans les temples taoïstes du site.
Au sommet du temple d'or. Les amoureux accrochent aux chaînes qui jalonnent les terrasses un cadenas sur lequel ils ont gravé leur nom. Ce sont des cadenas sans clé : preuve que leur amour est indéfectible.
Vue depuis le temple des nuages pourpres.
Aux sources du tai-chi dans les montagnes sacrées. Wudangshan, province du Hubei, Chine.
Entre superstition et jeux, les visiteurs lancent un rouleau de ruban rouge qui, s’il s’accroche aux branches de l’arbre, leur portera chance.
Cérémonie du thé.
Palais Zixiao
Un des jeunes élèves du maître Yuan Li Ming s'exerce sur la terrasse de son école
Un des élèves du maître Yuan Li Ming s'exerce sur la terrasse de son école.
Yuan Li ming, jeune maître de Tai-chi, enseigne aux Occidentaux désireux de s'initier à cet art martial.
Yuan Li Ming, maître de Tai-chi.
Aux sources du tai-chi dans les montagnes sacrées. Wudangshan, province du Hubei, Chine.
Yuan Li Ming, maître de Tai-chi.
Intérieur du palais Zixiao.
Yuan Li Ming.