Photographies

Textes : Sébastien DAYCARD HEID    

Des années 1950 à aujourd’hui, « Sarcellopolis » retrace le parcours du premier grand ensemble, Sarcelles, pour mieux observer l’évolution de la diversité et de la « banlieue » en France.

Avec 90 communautés différentes pour seulement 60 000 habitants, la sous-préfecture du Val d’Oise est le laboratoire foisonnant d’un « melting ( lire plus ...)

Des années 1950 à aujourd’hui, « Sarcellopolis » retrace le parcours du premier grand ensemble, Sarcelles, pour mieux observer l’évolution de la diversité et de la « banlieue » en France.

Avec 90 communautés différentes pour seulement 60 000 habitants, la sous-préfecture du Val d’Oise est le laboratoire foisonnant d’un « melting pot » à la française. Mais c’est aussi une société où les questions de l’identité, de la religion et de l’intégration, occupent une place primordiale.

60 ans après la création du grand ensemble, ce documentaire explore cette ville monde à mi-chemin entre New-York et Jérusalem, tiraillée entre espoir et amertume après les émeutes de juillet dernier.

Tout ceci dans quel but, quelle destination? Rendre hommage à Marc Bernard. Dans son livre »Sarcellopolis », l’écrivain-voyageur emménageait pendant 3 mois dans ce qu’il imagine alors être la ville du futur. À l’époque, en 1963, les rumeurs de sarcellite, maladie des grands ensembles enflaient déjà, faisant la une des médias. Mais l’écrivain ne se laissait pas influencer et posait ces questions : « Se dirige-t-on vers une vie communautaire (...) ? La plus grande uniformité des immeubles, des logements tendra-t-elle à uniformiser les gens ? ». Sa réponse fut de mener une enquête à mi-chemin entre littérature, sociologie et journalisme.