Madagascar, sortir les jeunes de la rue

Photographie : Jérômine DERIGNY    

"A Tananarive, 5 500 enfants et adolescents vivent dans la rue. Si de nombreux centres s'occupent des plus jeunes, rares sont les lieux d'accueil pour les adolescents"
"Chaque matin, un éducateur présente le programme de la journée. Les jeunes sont attentifs et impliqués, conscients de la chance que leur offre la structure d'échapper au quotidien misérable qui leur était promis.Pour venir au centre, ils abandonnent souvent des petits boulots qui leur permettaient de se nourrir: transport d'eau, tri des ordures…"
"Créé en 2004, ce centre accueille chaque jour 70 à 80 adolescents. L'équipe éducative, composée de dix professionnels s'est donné pour objectif d'aider les jeunes à bâtir un projet socio-professionnel."
"Une entreprise de longue haleine: 70% des jeunes de la rue n'ont jamais fréquenté l'école. C'est la raison pour laquelle la matinée est consacrée à des cours d'alphabétisation ou de remise à niveau scolaire selon les cas. Certains, à 15 ans n'ont jamais tenu un crayon en main!"
Un groupe de garçons, qui se destinent à des métiers manuels, suivent des cursus "particuliers en électricité, électronique et peinture. Suivant le souhait de chaque jeune, un parcours personnalisé est proposé. Ici, Hajabe, 16 ans installe un double allumage. Il envisage une formation professionnelle en électricité."
A midi, à tour de rôle, les jeunes préparent eux-même le repas pour tous.
La pause de midi est un moment de détente où chacun caque à ses occupations
"L'après-midi est consacrée à des activités plus culturelles: cirque, théâtre, danse, sport, jardinage, émission de radio, mais aussi notion d'hygiène et de citoyenneté. Les éducateurs veillent à redonner confiance aux jeunes et à les valoriser."