Les séquelles de la désindustrialisation

Photographie : Guillaume COLLANGES    

A Charmes, bourg de 4 000 habitants à vingt minutes d’Epinal, l’usine de textile des Héritiers Georges Perrin est ouverte aux quatre vents depuis sa fermeture en 1991. Les machines, les chaussures, les tasses à cafés, cartons bourrés de bobines, de coton, carnets de commandes éparpillés au sol, laissent l’impression que le personnel s’est enfui. Abandonnées depuis vingt ans, ces affaires vont-elles le rester encore longtemps ? Rédactrice ( lire plus ...)