Bangkok : la vie sous l'autoroute

Photographie : Laurent WEYL     Textes : Donatien GARNIER    

Echangeur sur Chalerm Mahanakhom expressway. Dans les années 70, les anciens canaux de la "Venise d'Asie", ont été recouverts et transformés en avenues. Depuis, Bangkok est irrémédiablement vouée à l'automobile.
Sous le Chalerm Mahanakhom expressway, les habitants des bidonvilles riverains se sont approprié l'espace vacant dont ils apprécient l'ombre et la fraîcheur.
Les habitants de Khlong Toey, grand bidonville coincé entre le port et le Chalerm Mahanakhom expressway, aiment se rendre dans les commerces et les gargotes qui ont fleuri sous l'autoroute suspendue.
Immitant les autoroutes suspendues, les voies du métro aérien occupent presque toute la largeur de l'avenue Phloen Chit.
Grâce à l'édification d'un réseau d'autoroutes urbaines et au développement de son métro Bangkok est parvenue à atténuer sa pollution et son degré d'engorgement. Il reste cependant beaucoup à faire.
Dans le quartier, très dense, de Khlong Toey le moindre espace libre, si dangereux soit-il, est utilisé comme terrain de jeu par les enfants.
Embouteillage sous les piles du métro. Au dessus de l'avenue Rama I, à la hauteur des voies, le paysage s'ouvre sur le Siam Parangon, l'un des plus luxueux centres commerciaux de la ville.
Auto, motos, triporeurs, camions, la circulation est toujours dense sous les autoroutes payantes.
Sous la voie d'accès du Chalerm Mahanakhom expressway, un canal insalubre vient rappeler le paysage originel de l'ancienne "Venise d'Asie". Avant le règne sans partage de la voiture.
Le métro aérien dessert le centre commercial Siam Parangon. On y trouve les plus grandes marques de luxe parmi lesquelles Ferrari et Maserati.
Les premiers étages des tours construites le long du métro aérien et des autoroutes suspendues sont souvent occupés par des parkings. Les bureaux et les appartements sont au-dessus des voies.
Une famille de Khlong Toey regarde la télévision dans l'espace qu'ils ont annexé sous l'autoroute à deux fois quatre voies.
Au fil de leur parcours à travers la mégapole, les voies des deux lignes de métro aérien et celles des autoroutes suspendues, se surperposent et s'entrecroisent.
Vivre sous l'autoroute, en lisière du Bidonville, n'est pas sans avantages. La femme de Vichiel, un journalier employé sur le port, a ainsi monté un petit restaurant de fortune où s'arrêtent les habitants lorsqu'ils sortent de Khlong Toey pour aller travailler.
Les habitants des quartiers pauvres bordant les autoroutes suspendues ne voient que les pieds des gigantesques panneaux d'affichage destinés aux automobilistes. Ils espèrent juste qu'une tempête ne les abattra pas sur le toit de leur masure.
Au fil de leur parcours à travers la mégapole, les voies des deux lignes de métro aérien et celles des autoroutes suspendues, se surperposent et s'entrecroisent.
L'espace situé sous les autoroutes sert également de parking pour les camions. Cet enfant gagne sa vie en les surveillant. Le soir il est relayé par son père ou sa mère.
Les premiers étages des tours construites le long du métro aérien et des autoroutes suspendues sont souvent occupés par des parkings. Les bureaux et les appartements sont au-dessus des voies.
Le métro aérien dessert le centre commercial Siam Parangon. On y trouve les plus grandes marques de luxe parmi lesquelles Ferrari et Maserati.
Immitant les autoroutes suspendues, les voies du métro aérien occupent presque toute la largeur de la rue Sukhumvit.
Tee Datdaji, le patron de la salle de boxe Thaï installée sous Chalerm Mahanakhom expressway aime dire qu'il a créé la salle pour lutter contre les ravages de la drogue dans les bidonvilles. Mais c'est dans les campagnes qu'il recrute ses futurs champions.
Depuis la terrasse du Banian tree Hôtel, les hommes d'affaire peuvent regarder pousser les tours le long des principaux axes de transport. Et siroter des cocktails servis à des prix internationaux.