WEL GUERRE DE L'EAU ISRAEL-PALESTINE

Photographie : Laurent WEYL    

Réalisé en 2000. Mekorot est la société qui contrôle et gère l’eau en Israël, elle en a le monopole et dépend de l’Etat. Ici, un gardien de la sécurité de Mekorot faisant une surveillance le long du Grand Réservoir. Celui-ci retient les eaux pompées du lac de Tiberiade avant qu’elles ne soient envoyées vers Jérusalem et le désert du Neguev. Les eaux du lac correspondent à 40% de la consommation d’eau du pays.
Réalisé en 2000.Mekorot est la société qui contrôle et gère l’eau en Israël, elle en a le monopole et dépend de l’Etat. Ici, une des turbines de la Sappir Pomping Station permettant de pomper l’eau du lac de Tiberiade. Les eaux du lac représentent 40% de la consommation d’eau du pays. Si l’usine de pompage fut creusée dans la montagne, c’est que lors de sa construction au début des années 60, les Syriens tiraient des obus depuis les hauteurs du Golan vers Israël et le lac de Tiberiade.
Réalisé en 2000. Mekorot est la société qui contrôle et gère l’eau en Israël, elle en a le monopole et dépend de l’Etat. Ce forage, proche du Lac de Tiberiade, sur un aquifère local appelé Basse Galilée, devrait permettre de compenser la sécheresse qui sévit depuis plus de 7 années dans la région. Alors que Israël creuse de nouveaux puits ou approfondit les anciens pour son compte depuis des années, le gouvernement empêche les palestiniens d’en faire autant ou du moins les limites énormément et cela malgré l’augmentation de la population et donc des besoins en eau.
Réalisé en 2000. Mekorot est la société qui contrôle et gère l’eau en Israël, elle en a le monopole et dépend de l’Etat. Ici, une des turbines de la Sappir Pomping Station permettant de pomper l’eau du lac de Tiberiade. Les eaux du lac représentent 40% de la consommation d’eau du pays. Si l’usine de pompage fut creusée dans la montagne, c’est que lors de sa construction au début des années 60, les Syriens tiraient des obus depuis les hauteurs du Golan vers Israël et le lac de Tiberiade.
Réalisé en 2000. Image rare en Cisjordanie, forage d’un puits palestinien à Al-Rashida . Bien que ce lieu soit situé en zone A, sous contrôle palestinien, c’est Israël qui leur accorde le droit de creuser et décide de la profondeur du puits et de la quantité d’eau à exploiter. Ici, un accord a été donné pour 250 m3/heure alors que ce puits pourrait en fournir 400.
Réalisé en 2000. Cisjordanie, en zone A sous contrôle palestinien. Le puits d’Herodion situé donc dans cette même .zone est israélien et rapporte l’eau vers Israël. Actuellement 80% de l’eau puisée en Cisjordanie est redistribuée aux Israéliens notamment aux implantations juives.
Réalisé en 2000. Territoire de Gaza, ville de Gaza. Puits d’eau potable géré par les autorités. Soit les habitants viennent directement se ravitailler soit des camions-citerne s’y alimentent pour redistribuer l’eau en ville. Le territoire de Gaza est la représentation concrète des conséquences humaines des problèmes d’eau. Seuls 50% de la population a de l’eau courante mais, dans tous les cas, elle n’est pas potable. A force de trop puiser l’eau des nappes aquifères pour compenser le déficit hydraulique cela à détruit l’équilibre naturel, ce qui a entraîné une salinité des sols et des nappes aquifères, rendant l’eau impropre à la consommation et à certaines cultures.
Réalisé en 2000. Territoire de Gaza, ville de Gaza. Puits d’eau potable géré par les autorités. Soit les habitants viennent directement se ravitailler soit des camions-citerne s’y alimentent pour redistribuer l’eau en ville. Le territoire de Gaza est la représentation concrète des conséquences humaines des problèmes d’eau. Seuls 50% de la population a de l’eau courante mais, dans tous les cas, elle n’est pas potable. A force de trop puiser l’eau des nappes aquifères pour compenser le déficit hydraulique cela à détruit l’équilibre naturel, ce qui a entraîné une salinité des sols et des nappes aquifères, rendant l’eau impropre à la consommation et à certaines cultures.
Réalisé en 2000. Route de contournement des villes palestiniennes (ce qui permet d’aller d’une ville israëlienne .à une autre sans traverser villes ou villages palestiniens). Ces routes sont à l’image des tensions existant entre Israël et la Palestine
Réalisé en 2000. En Cisjordanie, communauté de Bédouins de Alrawaeen Al-Khabna proche de Jérusalem, en territoire .sous contrôle iIsraélien. Pour s’abreuver, les Bédouins remplissent des tankers à un puits situé près .de leur camp dont l’eau arrive de Jérusalem. Malheureusement une colonie juive située en amont du puits les prive d’eau de temps à autre lorsque ses besoins personnels augmentent. De plus Israël demande dorénavant à cette tribu anciennement nomade de payer l’eau et leur réclamerait même 10 années d’arriérées. Si Israël ferme le puits, les bédouins devront faire 15 km pour se ravitailler au puits le plus proche.
Réalisé en 2000. En Cisjordanie, un habitant du village de El Hader, proche del a ville de Betlehem, puise l’eau de son puits creusé illégalement. Voilà plus de 5 mois (été 2001) que le village est privé d’eau, d’où une multiplication de puits sauvages.
Réalisé en 2000. Territoire de Gaza, ville de Gaza, hôpital de Shifa, un jeune garçon fait une dialyse suite à une insuffisance .rénale contractée en buvant l’eau salée de Gaza. Le territoire de Gaza est la représentation concrète des conséquences humaines des problèmes d’eau. Seuls 50% de la population a de l’eau courante mais, dans tous les cas, elle n’est pas potable. A force .de trop puiser l’eau des nappes aquifères pour compenser le déficit hydraulique cela à détruit l’équilibre naturel, ce qui a entraîné une salinité des sols et des nappes aquifères, rendant l’eau impropre à la consommation et à certaines cultures.
Réalisé en 2000. Territoire de Gaza, ville de Gaza, hôpital de Shifa, un homme fait une dialyse suite à une insuffisance rénale .contractée en buvant l’eau salée de Gaza. Le territoire de Gaza est la représentation concrète des conséquences humaines des problèmes d’eau. Seuls 50% de la population a de l’eau courante mais, dans tous les cas, elle n’est pas potable. A force de trop puiser l’eau des nappes aquifères pour compenser le déficit hydraulique cela à détruit l’équilibre naturel, ce qui a entraîné une salinité des sols et des nappes aquifères, rendant l’eau impropre à la consommation et à certaines cultures.
Réalisé en 2000. Colonie Juive de Anatot proche de Jéricho en Cisjordanie.
Réalisé en 2000. Sortie d’un centre aéré avec des enfants des colonies juives. Située en contre-bas de la colonie juive de Anatot en Cisjordanie, cette source, Ein Prat, provient de la rivière de Wadi kelt qui part de Jérusalem et se dirige vers Jericho. L’or bleu. Cette appellation est d’autant plus vraie au Moyen Orient que l’eau est souvent plus .rare que le pétrole. Israël fait partie des pays du monde subissant un stress hydraulique grave (-de 1.000 m3/an/hab).
Réalisé en 2000. En Gedi, parc naturel où l’on vient se baigner sous les cascades. L’or bleu. Cette appellation est d’autant plus vraie au Moyen Orient que l’eau est souvent plus rare que le pétrole. Israël fait partie des pays du monde subissant un stress hydraulique grave (- de 1.000 m3/an/hab)
Réalisé en 2000. Territoire de Gaza. L’eau des nappes, devenue trop salée pour l’agriculture, doit venir le plus souvent de puits d’eau douce officiels voire illégaux situés à plusieurs kilomètres des cultures. Israël serait prêt à leur vendre de l’eau douce provenant du lac de Tiberiade, mais le prix demandé est trop élevé, donc non rentable économiquement. De plus les techniques manquent, en Cisjordanie et à Gaza seuls 6% des cultures palestiniennes sont irriguées..
Réalisé en 2000. Désert du Neguev, centre de recherche agronomique de Ramat negev Désert. Ici on étudie et développe .une technique unique au monde, la culture de plantes avec de l’eau salée, celle qui se trouve en grande quantité dans la nappe aquifère du désert du Neguev. Ici, préparation d’une serre pour la culture de tomates à l’eau salée, arrosées au goutte à goutte. Israël est peut-être considéré comme le meilleur exemple dans le monde de gestion de l’eau dans l’agriculture, ce qui est primordial dans un pays subissant un stress hydraulique et dont la consommation d’eau annuelle dans l’agriculture représente 70% de la consommation totale..
Réalisé en 2000. Désert du Neguev, Pisciculture de Reen. C’est en plein milieu du désert que l’on trouve le plus grand pisciculteur d’Israël. Celui-ci utilise l’eau salée de l’aquifère situé sous le Neguev..
Réalisé en 2000. Désert du Neguev, la thalasso Oasis du desert. Décidément l’eau est précieuse et lorsqu’elle est salée et qu’on ne peut pas la boire, on l’utilise, comme ici, pour se baigner grâce à des sources thermales.