La Choule à Tricot

Photographie : Guillaume COLLANGES    

Au beau milieu de la pleine picarde : Tricot.
M.Conty Mon père il choulait aussi, mais moi j'ai choulé depuis l'âge de 16 ans, j'en ai gagné un en 38 et un autre en 50, c'est marqué sur le choulet...Je les ai encore. Dans le temps, c'était la dernière mariée qui payait un coup à boire et qui donnait le choulet, on faisait le tour de Tricot, et les bistrots nous payaient encore un coup à boire...Après on choulait. Il n'y a pas de règle du tout, on est dans le tas et celui qui sort le choulet, il court ...enfin, il se fait plaqué...un peu comme au Rugby. C'est les hommes mariés contre les jeunes hommes, c'est tout, après chacun discute... On a même choulé, en 46-47, il y avait de la neige, ça fumait dans le tas. Bon, maintenant, j'ai 80 ans passés, je ne vais plus dans le tas.
William (au fond) J'ai fait ma première Choule j'avais 15 ans, j'en ai 35, le virus prend de bonheur et ça termine quand on peut vraiment plus. Y en a ils ont chouler tard, comme Joseph Conty. Même si t'habite plus Tricot, les gars y reviennent, tu es chouleur dans l'âme. Ici tu n'as pas d'arbitre, tous les coups sont permis, tu prends un crochet de volée dans les côtes ça ne fait pas du bien non plus. En principe le lendemain on n'est pas frais, t'as mal partout, t'as des bleus partout. Même celui qui a la condition, qui est sportif ou pas, c'est pareil, t'es mort.
David Tricot, c'est la choule, ça a plus de 1000 ans alors faut continuer. On se fait mal mais c'est bon, tout les coups sont permis, c'est sûr que de temps en temps ça coince un peu mais bon, ça ce calme aussitôt, la tension redescend et c'est reparti. J'ai commencé à chouler j'avais 13 ans, dans les célibataires, bien sûr. C'est un petit peu mon frère qui m'a poussé parce qu'il a 4 ans de plus que moi, et puis c'est une tradition, faut être un peu casse-cou, c'est un jeu avant tout, il faut continuer ça. On a pas mal de petits vieux du village qu'on connaît depuis qu'on est tout petit, c'est nos ancêtres, c'est des piliers de la Choule, c'est eux qui nous ont appris à chouler, c'est eux qui nous ont mis des coups quand on était jeunes. Question culture et tout ça, y a rien dans notre région, donc le peu qu'on a, on a envie de le garder. Il y a des régions folkloriques ; c'est le boudin, c'est la saucisse... ce que tu veux. Nous à Tricot, dans notre coin, y a rien, en Picardie y a pas grand chose, on veut préserver ça, pour une fois qu'on a quelque chose de bien faut pas l'arrêter.
Grande rue. M. Bocquet, maire de Tricot, accompagné par deux conseillères municipales, s'apprête à siffler le début de la partie.
La fanfare défile dans la grand rue.
Début de partie de Choule. Les hommes mariés s'opposent aux célibataires.
David (en bleu) et William (en bas à droite), deux frères unis dans la bataille pour le choulet.
La mélée dure parfois 10 à 15 minutes sans que le Choulet ne sorte.
Il n'y a pas de règle à la Choule, seul le bon sens interdit les cous directs.
La mélée dure parfois 10 à 15 minutes sans que le Choulet ne sorte.
Le combat est dur et la partie peut durée plusieurs heures.
La mélée dure parfois 10 à 15 minutes sans que le Choulet ne sorte.
Cette année là, William a réalisé un rêve de gosse : gagner le choulet. Il repartira avec. Si deux camps s'affrontent, il n'y a pourtant qu'un seul vainqueur retenu dans l'histoire du village.
Après la partie, les enfants du village s'emparent du Choulet et imitent les adultes.